L’acupuncture : pour rester en bonne santé #4

Interview du Dr Robert Corvisier, médecin généraliste, spécialisé en acupuncture.

4ème volet : la place de l’acupuncture au sein des médecines alternatives et l’importance des recherches scientifiques pour lui permettre de devenir la grande médecine de demain.

 

 

Se soigner avec l'acupuncture, Dr Robert Corvisier

Le Docteur Corvisier, est médecin généraliste, spécialisé en acupuncture. Il a enseigné l’acupuncture à la Faculté de Médecine de Tours, a mené des recherches sur l’action de l’acupuncture à l’Hôpital européen Georges Pompidou et vient de publier « Soigner avec l’acupuncture »,  édité chez Dunod.

J’ai souhaité souhaité l’interviewer pour qu’il nous  explique comment l’acupuncture peut non seulement soigner, mais aussi nous permettre de rester en bonne santé. 

Préalablement, nous avons vu que l’approche de maladie en acupuncture était radicalement différente de l’approche en médecine occidentale. nous avons abordé  les principes fondamentaux de l’acupuncture et comment cette médecine nous invitait à penser autrement. Dans ce 4ème volet, il est question de la place de l’acupuncture au sein des médecines alternatives et l’importance des recherches scientifiques, en particulier sur la notion d’énergie.

Pour écouter le premier volet , c’est ici : L’acupuncture pour rester en bonne santé #1
Pour écouter le 2ème volet, c’est ici : L’acupuncture pour rester en bonne santé #2
Pour écouter le 3ème volet, c’est ici : L’acupuncture pour rester en bonne santé #3

Bonne écoute 😉

Rémi

 


Extrait

Faire de l’acupuncture une vraie grande médecine

Et donc quelle place a, selon vous, l’acupuncture dans ce qu’on appelle les médecines alternatives : homéopathie, naturopathie, etc. ? C’est un ensemble de choses ?

Dr Robert Corvisier : C’est un ensemble de choses. Je pense qu’elle a une place très importante parce qu‘elle véhicule, un peu comme en homéopathie, cette notion d’énergie du corps. Et l’énergie du corps est en rapport très certainement avec ce qui se passe dans notre cerveau. Je pense qu’il est absolument indispensable, dans les années à venir, de travailler sur le plan scientifique avec des chercheurs …

Travailler sur cette notion d’énergie. Que se passe-t’il dans le corps ? Comment se fait-il que, parfois, de manière absolument spectaculaire, on a des résultats qui semblent du domaine du miracle dans la demi-heure qui suit l’introduction des aiguilles ? Je pense qu’il faut absolument que l’on puisse puiser dans cette source extraordinaire que représente la tradition des éléments qui permettraient de comprendre l’essence de l’acupuncture, et en particulier la notion d’énergie. En homéopathie, c’est certainement un petit peu pareil, avec ces molécules qui ont un comportement vibratoire et qui peuvent transmettre une information dans l’eau. Mais ça, ça a été beaucoup dénigré. Pour les scientifiques, c’est quelque chose de très…

On marche sur des œufs, là… Aujourd’hui, on parle beaucoup de neurosciences. Est-ce que les neurosciences ont commencé à s’intéresser à l’acupuncture avec l’image cérébrale, etc. ?

Dr Robert Corvisier : Tout à fait. Il y a eu des travaux qui ont été faits. Il faut les refaire. Parce que vous savez que ce n’est pas sur quelques travaux que l’on peut asseoir l’action de l’acupuncture et son action sur certaines substances et structures cérébrales… Donc il faut continuer les recherches et essayer de quantifier l’action de l’acupuncture. D’où vient l’énergie ? Est-ce que l’énergie ne vient pas d’une structure cérébrale particulière que l’on peut manipuler étant dans le corps grâce aux aiguilles d’acupuncture ?…

Tout cela, il faudrait essayer de le définir, et ce n’est pas fait. Il faut trouver des chercheurs motivés qui acceptent de travailler dans ce domaine. Mais évidemment cela a un coût, encore que… Concernant le coût, je ne pense pas, finalement que ce soit si important. Quand les gens sont passionnés, ils trouvent toujours des moyens de parvenir au but recherché. C’est surtout qu’il faut trouver des scientifiques impliqués, qui acceptent de travailler dans ce domaine. Et pour l’instant, cela ne rentre pas encore dans le domaine du courant, mais j’ai bon espoir pour que cela arrive. C’est très important.

C’est l’avenir de l’acupuncture ?

Dr Robert Corvisier : Moi, je pense que c’est l’avenir. On ne peut s’asseoir sur une pratique sans une recheche scientique sérieuse… On ne peut affirmer une action thérapeutique qu’à partir du moment où il y a des références de recherche fondamentale qui soutiennent cette action. On est en Occident, donc l’on raisonne de cette manière.

L’on raisonne sur le plan analytique, sur le plan des découvertes successives, etc. Donc il faut s’adapter à l’Occident car l’on est des occidentaux. Donc, pour que l’acupuncture puisse être diffusée de manière vraiment sérieuse en y incluant les facultés, et une diffusion reconnue des soins dans notre pays, il faut qu’il y ait une assise de recherches fondamentales associée à des découvertes.. Là seulement cela intéressera les personnes, évidemment. Avec des publications officielles, parce qu’il ne faut pas faire un travail sans structure scientifique reconnue… Il faut publier, il faut faire savoir et, avec le temps, on va arriver à faire de l’acupuncture une vraie grande médecine afin que les malades soient mieux soignés, avec moins effets secondaires dus aux médicaments.

(…)


Pour écouter l’intégralité de ce 4ème volet, cliquez sur Play pour l’écouter ou faites un click droit ici pour le télécharger.


Faites part de votre avis dans les commentaires afin que je puisse améliorer la qualité de mes podcasts et pour suggérer un thème d’interview

Image : Tomás Fano  licence creative commun (CC BY-SA 2.0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.